4 août 15:15, Glacier des Dix, Valais

Aliénation

 

Le passage du col de Riedmatten est étroit. Je me faufile. De l'autre côté, en contre-bas, il y a le glacier. Il y avait le glacier. Il n'en reste rien. Rien qu'une langue décharnée, grise et sale. Quelques mètres à peine. C'était le glacier de mon enfance.

 

Mon premier glacier...

 

On s'était levés tôt. On était partis à la fraîche. Mon père marchait devant. J'avais huit ans. Après deux ou trois heures de montée, nous sommes arrivés au Pas de chèvre. Une double échelle. Une vingtaine de mètres de descente verticale et métallique. Je serre fort les échelons glacés. Je descends lentement, sécurisée entre les bras de mon père. Une première échelle. Un grand pas dans le vide. Une deuxième échelle. En bas, le glacier. J'y prends pied, prudente. Et je m'en vais rejoindre Frison-Roche, Rébuffat et tous les premiers de cordées dans leur liberté de pierre et de glace.

 

Quarante ans plus tard, il ne reste rien. Ma liberté s'est consummée dans l'alliénation consommatrice des hommes.