Massif du Triglav

 

Le Triglav, c'est le sommet de la Slovénie et des Alpes juliennes, 2864 m. C'est aussi un Parc National arpenté avec frénésie par les Slovènes, peuple de montagnards souriants. Tous ont dans leur sac un petit carnet, sorte de crédential, sur lequel ils apposent un cachet dans chaque refuge croisé sur leur chemin.

 

Ici, les noms allignent les consonnes: Pedbordo, Crna Prst, Kranjska Gora.

 

Sur la piste Slovène

jeu.

15

sept.

2011

29 juin 15:31, massif du Triglav

Le sein

 

Enfin, la montagne se met à couler.

Elle était si sèche ces derniers jours. Brûlure du soleil sur la peau et la pierre.

 

Je me laisse inonder. Et, lancinante, la question me revient: 

"Quand je quitte la montagne, les torrents s'arrêtent-ils de couler?"

 

Il ne peut en être autrement.

 

La montagne est un sein,

que je prends de mes lèvres avides,

que je gravis et carresse,

que je recherche dans les rues de la ville,

que je retrouve éperdue.

 

jeu.

21

juil.

2011

28 juin 16:17, vallée des 7 lacs, Triglav

Hésitations

 


" Tout ce que j'ai vécu sur la Via me manque déjà ! " 

 

A chaque nouvel endroit où s'arrêter pour manger ou camper, Niels dit qu'il ne l'aime pas. Hésitation, inconnu, malaise. Puis, au moment de le quitter, il lui manque... déjà. 

 

Toute la journée, nous avons marché sur des cailloux calcaires, acérés, blancs et brûlants. Ushka en a mal aux coussinnets. J'ai senti la morsure du soleil sur la nuque, les jambes et les bras.

 

Ce soir, un lac. Une eau claire, limpide. Jephan nage, je m'allonge dans l'eau. Niels hésite tant qu'il tombe tout habillé, ses godasses sont trempées. Geoffroy plonge un orteil. Tout autour, l'eau coule sous les lapiaz de roche.

 

On y pose la tente comme sur une rivière à peine asséchée qui bruisserait encore.

 

 

0 commentaires

sam.

02

juil.

2011

29 juin 15:22, Triglav, Slovénie

Féerie

 

Des heures que je descends en apnée, interminables.

Marche évidée, cadencée aux chants de troupe des enfants.

 

Nous quittons les cailloux calcaires, arides et rêches des Triglav. Mes pieds apprécient l'onctuosité sauvage de la hêtraie que jalouserait la Forêt de Soignes. Frondaisons naturelles, ombres.

 

Soudain, en bordure de chemin, de l'eau, une cascade, des vasques moussues, des nymphes.

 

De l'eau…

 

 

0 commentaires